nasser al-khelaifi psg

Les Qataris ont-ils dépensé utile pour la Ligue des Champions ?

Lavezzi, Thiago Silva, Ibrahimovic, Verratti, Cavani, Di Maria, Krychowiak ou dernièrement Draxler… Le PSG dépense sans compter depuis l’arrivée des Qataris. L’objectif est simple, remporter la Ligue des Champions le plus rapidement possible et faire de Paris une place forte du football européen.

Dès la saison 2012-2013, les hommes de Carlo Ancelotti, l’entraîneur de l’époque, sont ambitieux et comptent aller le plus loin possible. Stoppés en plein envol, en quart de finale contre le FC Barcelone (3-3 en cumulé), les Franciliens quittent la première campagne européenne de QSI (en LDC) avec un goût amer, celui d’être éliminé sans avoir perdu un match.

Cette année-là, les investissement étaient nombreux pour marquer d’un fer rouge l’arrivée de la puissance financière du Moyen-Orient. Lavezzi (30 millions), Thiago Silva (40 M), Ibrahimovic (20 M) et Verratti (15 M) ont posé leurs valises au Parc des Princes, sans compter le transfert de Pastore un an plus tôt (42 M). Grâce à ces transferts juteux, Paris a permis de réhausser la moyenne d’investissement tricolore en Ligue des Champions (61,4 millions par équipe) à en croire Bwin. Lors de cette édition, c’est le Bayern Munich qui a remporté le trophée malgré une moyenne d’investissement, en Allemagne, de 33,8 millions…

ligue des champions

L’année suivante, soit 2013-2014, le PSG de Laurent Blanc échoue une nouvelle fois en quart de finale, cette fois contre Chelsea, un adversaire régulier pour les Qataris. Cavani, Marquinhos et Digne débarquent pour près de 110 millions d’euros mais les Franciliens chutent et voient le Real soulever sa dixième Ligue des Champions de leurs canapés. Un coup dur dans la tête des dirigeants parisiens qui attendent avec impatience cette Coupe aux Grandes Oreilles.

Considéré comme le meilleur club du territoire, Paris cale sur le Vieux-Continent malgré des arrivées toujours plus onéreuses. En 2014-2015, le PSG prend sa revanche contre Chelsea en huitièmes mais se casse les dents contre le FC Barcelone (1-5 en cumulé). Là encore, l’apport des recrues (David Luiz 49,1 millions et Serge Aurier) n’a pas permis aux Rouge-et-Bleu de passer un cap dans la compétition.

ligue des champions

Des regrets, le PSG en aura de nouveau la saison passée, cette fois contre Manchester City. Victorieux, une nouvelle fois, de Chelsea au tour précédent, les hommes de Laurent Blanc arrivent confiant avant d’affronter les Mancuniens. Un match nul (2-2) à l’aller et une défaite sur la plus petite des marges, et voilà une nouvelle désillusion au Camp des Loges. Di Maria (63 Millions), Kurzawa (24 Millions) et Trapp (9 millions) découvrent là les difficultés du PSG à s’imposer en Europe. Grâce à ces opérations, le PSG augmente une nouvelle fois la moyenne des investissements français, estimés à 84,6 millions d’euros selon Bwin.

Enfin, comment ne pas parler de cet atroce scénario, le 8 mars dernier, quelques jours seulement après le plus grand exploit du club en Europe (4-0 contre le Barça au Parc des Princes, défaite 6-1 au retour). Malgré un mercato raté, et moins dépensier que les précédents (Jesé, Krychowiak, Meunier), Paris régresse en étant éliminé en huitième de finale. Comparé aux 84,6 millions de la saison précédente, la moyenne française est là de 41,8 millions. De quoi imaginer un prochain mercato coûteux pour enfin passer un cap ?

dépenses ligue des champions

Comments

comments