C’est LA grosse affiche de cette 14e journée de Ligue 1 ! Quatre jours après une extraordinaire performance, et une victoire méritée face à Istanbul Basaksehir (5-1), le Paris Saint-Germain accueille un Olympique Lyonnais, qui ne cherche rien de moins que de prendre la 1e place du Championnat.




 

  • Les enjeux : distancer les Lyonnais

Le PSG ne possède que 2 longueurs d’avance sur les Gones, et même s’il part favori, il affronte un rival extrêmement ambitieux. Un vrai choc donc, un défi pour les Rouge et Bleu, qui ne doivent pas flancher avant cette trêve hivernale, ou se reposer sur leurs lauriers acquis en Ligue des Champions, après avoir terminé premiers du groupe H.

Au coup d’envoi de cette journée, les Gones pointaient à la 3e place, à seulement deux petites unités des Parisiens. Une rencontre qui, en cas de victoire des Lyonnais, pourrait nous offrir un nouveau leader. Une affiche de gala qui promet, entre deux des équipes les plus joueuses de notre championnat.

«C’est une équipe qui joue avec beaucoup de hargne sur le terrain, et ils ne disputent pas de Coupe d’Europe cette saison, c’est aussi un avantage sur le plan physique. On sent qu’ils sont frais quand on les regarde jouer, c’est une des meilleures équipes du championnat.» (Thomas Tuchel, hier, en conférence de presse.)

Paris joue gros donc, ce soir, et ne doit pas se laisser rattraper : il faudra faire un très grand match pour prendre de l’avance sur le troisième du tableau.
Une victoire permettrait aux joueurs parisiens de souffler pendant la trêve hivernale : les rencontres européennes ne reprenant qu’en février, gagner contre les Lyonnais leur offrirait un repos aussi bien mental que physique.

Du côté de Lyon, victorieux depuis 4 matches, la confiance est au plus haut. L’OL veut jouer les premiers rôles en Ligue 1 cette saison, si ce n’est LE premier rôle. Gagner contre Paris, leur apporterait un ascendant psychologique, en plus de la première place.

Une continuité qui serait bienvenue pour les Gones dont l’objectif est de retrouver la Ligue des Champions. Rudi Garcia communique de façon assez offensive depuis quelques jours et ne cache pas son désir de se hisser devant les Parisiens à l’issue de cette journée.

« On a fait ce qu’il fallait avant ce match-là. Prendre un maximum de points, cela permet d’arriver dans des conditions optimales. Mais prendre 22 points sur 24, ça serait encore mieux »

 

  • L’état de forme de chaque équipe

Les joueurs parisiens sont sortis complètement transformés de cette phase européenne de poules.

Ils ont terminé premiers du groupe, alors que ce n’était pas vraiment gagné il y a encore quelques semaines. Une remontée prestigieuse au niveau du jeu, et également des résultats, comme l’ont prouvé les 5 buts inscrits contre Istanbul mercredi dernier.

Un enchaînement de victoires, mais aussi une stratégie de coaching plutôt payante de la part de Thomas Tuchel, qui a démontré sa capacité à anticiper, à soigner ses joueurs, et à les faire tous participer pour qu’ils soient, chacun, concernés par chaque match.

Un entraînement et des résultats qui produisent aussi leurs effets sur le collectif : plus soudés que jamais après l’affaire « Coltescù », nos Titis s’épaulent, se félicitent, déclarent sans cesse être fiers de jouer les uns avec les autres ; et on ne sent ni rivalité, ni guerre d’égo, en tout cas de l’extérieur.

Les Parisiens émettent donc de bonnes ondes, et diffusent l’image d’une équipe très soudée depuis mardi dernier. De plus, l’infirmerie s’est presque complètement vidée ; plus les matches passent, plus les cadres reviennent et ne montrent plus de faiblesses. Seuls trois absents sont annoncés : Juan Bernat (genou), Mauro Icardi (adducteurs) et Pablo Sarabia (douleurs musculaires).

Thomas Tuchel s’est exprimé hier sur le cas de Mauro Icardi : il ne devrait malheureusement pas pouvoir rechausser ses crampons avant 2021. Il faudra donc faire une croix sur l’attaquant argentin pour les 4 prochaines rencontres. À signaler également, une alerte concernant Marquinhos. Lors de l’entraînement hier, le capitaine parisien a du quitter la séance, et sa présence face à Lyon est très incertaine.

Une équipe plutôt en forme donc, surtout si on ajoute à cela, que les joueurs parisiens n’ont pas perdu à domicile contre l’OL depuis 13 ans…

 

Les hommes de Rudi Garcia enchaînent les bons résultats ces dernières semaines, et ne peuvent pas être plus en confiance que ce soir. Ils sont invaincus depuis 3 mois. Une dynamique très positive, mais qui ne sous-entend pas forcément que l’OL est armé pour renverser le PSG.

Les Lyonnais ont plusieurs atouts dans leur manche : un milieu assez fort avec Aouar, Paqueta et Guimaraes. Et une attaque solide avec un bon duo Toko-Ekambi-Depay. Mais attention car les joueurs lyonnais commettent aussi plus de fautes et concèdent deux fois plus de penalties que le PSG (4 contre 2).

Bonne nouvelle toutefois pour les Lyonnais : longtemps incertain, l’attaquant Memphis Depay sera finalement présent sur la pelouse du Parc des Princes. Pour rappel le joueur néerlandais est, depuis son arrivée en France en janvier 2017, celui qui a marqué le plus de buts (13) depuis l’extérieur de la surface, en Ligue 1. Juste devant… Angel Di Maria (11), et Neymar (10).

« Je crois qu’on est au tiers du championnat, cette saison c’est plus serré en tête du classement. Si on venait à gagner, ce serait bien pour poursuivre la série, mais être premier à ce moment-là c’est anecdotique. Pour le PSG, une défaite contre nous ce serait bien. Plutôt que d’avoir 15 points d’avance, ça leur permettrait de cravacher au printemps et s’être préparé pour ces matchs en Europe. Ironiquement, ça peut les aider pour leur suite en Champions League.» (Rudi Garcia)

 

Thomas Tuchel devrait aligner l’équipe des grands soirs : il a déjà annoncé hier, en conférence de presse, que le groupe serait le même que celui qui a reçu Istanbul cette semaine. Et niveau stratégie, le 3-5-2 concocté par le coach allemand, devrait également être au menu. un schéma tactique qui réussit au PSG depuis leur rencontre face à Manchester United.

Le 4-4-2 et le 4-3-3 ne fonctionnaient pas très bien depuis le début de la saison : dans ce schéma, Neymar et Mbappé étaient forcés de faire des efforts défensifs et ne pouvaient se libérer complètement en attaque. Ce nouveau système en 3-5-2 permet de défendre de façon plus agressive, de conserver les ballons, et solidifie le duo d’attaquants, qui se retrouve dans l’axe, avec beaucoup plus de libertés offensives, et une connexion permanente.

Avec l’absence très probable de Marquinhos, c’est Kehrer qui pourrait prendre sa place. Enfin, Di Maria pourrait être privilégié à Rafinha dans le coeur du jeu.

Côté lyonnais, il n’est pas certain non plus que Rudi Garcia conserve son 4-3-3 des dernières semaines puisque le coach n’a pas caché qu’il songeait à relancer sa défense à 3 vue en finale de la Coupe de la Ligue.

L’Olympique Lyonnais a affiché quelques faiblesses défensives ces dernières semaines, et le coach pourrait bien, lui aussi, avoir recours au 3-5-2 : un système qui avait bien réussi aux Gônes, face à Manchester City et à la Juventus Turin lors du Final 8 de la Ligue des Champions l’été dernier…

Il faudra dans tous les cas contrer la 2ème meilleure attaque d’Europe…l’OL est prêt avec un grand nombre de duels disputés cette saison, plus que le Paris Saint-Germain (109 par match contre 97). Reste à savoir comment organiser le Onze…

  • L’arbitrage

La rencontre de ce soir sera arbitrée par Benoit Bastien. Il s’agit du deuxième PSG-OL de sa carrière ; le premier étant un quart de finale de Coupe de la Ligue en 2016, dans lequel Lyon avait perdu (2-1).

L’homme en noir compte tout de même 305 matches à son actif, dont 7 cette saison.
Les Parisiens l’ont croisé déjà croisé cette année, à l’occasion de leur victoire face à Nice (3-0). Quant aux Lyonnais, ile ne sont mitigés lorsqu’ils le rencontrent sur la pelouse : seulement 10 victoires en 25 matches arbitrés par monsieur Bastien.

Il sera assisté par Hicham Zakrani et Frédéric Haquette.
Ruddy Buquet sera le quatrième arbitre.

Clément Turpin et Yohann Rouinsard seront les assistants VAR.

Coup d’envoi à 21h sur Téléfoot !