Le PSG connait un début d’exercice 2020 / 2021 très agité. Si le club de la capitale a retrouvé un rythme de champion en Ligue 1, les blessures en cascade, les mauvais résultats en Ligue des Champions et les tensions en interne nourrissent bien des critiques. Légitimes pour certains, elles sont néanmoins injustifiées pour d’autres, à l’instar du coach du LOSC, Christophe Galtier 




« Pour moi, on est au 60ème match de la saison »  déclarait Kylian MBappé au moment de jouer la 9ème journée de championnat de France. Un constat amer partagé par beaucoup au cours d’une saison compliquée, minée par les restrictions dues à la Covid-19. De quoi justifier pour le coach des Dogues interrogé par le journal L’Equipe, le début de saison en dents de scie des parisiens :

« Il y a des critiques aujourd’hui sur le PSG qui me paraissent insensées. On est durs avec eux. Ils jouent depuis quelques semaines avec une deuxième équipe, qui serait une bonne équipe de Ligue 1 mais qui ne serait pas championne. Ils sont performants malgré une liste d’absents incroyables. »

Dauphin du PSG en Ligue 1, également engagé en Coupe d’Europe et comptant des joueurs internationaux dans son effectif, le technicien nordiste est conscient des contraintes de ce calendrier infernal et estime que le traitement réservé au PSG et à Thomas Tuchel est souvent trop dur :

« C’est plus difficile en C1 mais quand vous avez des joueurs comme Mbappé et Neymar qui sont absents, c’est normal que l’équipe soit moins performante… Contre Rennes, équipe qui joue la C1, un Paris très, très diminué arrive à gagner 3-0 sans trop trembler ! Je ne suis pas là pour prendre la défense de Thomas (Tuchel) mais c’est lourd, ils ont dix ou onze absents, avec l’enchaînement des matchs… (…) « Si on avait dix absents, vous revenez dans deux mois et vous me dites mais qu’est-ce qu’il s’est passé entre-temps ? (…) C’est l’aberration d’un calendrier incroyable. »

Le club parisien qui enregistre tout juste le retour de certains cadres comme Neymar, MBappé ou encore Marco Verratti, peut se tourner un peu plus sereinement vers les échéances capitales qui l’attendent, et notamment la réception de Leipzig en C1 dès mardi prochain. Et si l’habituelle crise du mois de novembre était cette fois-ci le moment pour le PSG de lancer (enfin) sa saison ?  

Crédit image : La Voix du Nord