Maxwell a accordé un entretien à PSG Community il y a quelques jours. Après avoir évoqué le match aller de Ligue des Champions face à Manchester United, l’ancien latéral gauche nous parle de son rôle de directeur sportif adjoint.

PSG Community est allé à la rencontre de Maxwell au camp des Loges il y a quelques jours. L’actuel directeur sportif adjoint du PSG a évoqué le choc contre Manchester United mais également son rôle en tant que partie prenante du club rouge et bleu.




Maxwell nous dit tout sur son rôle de directeur sportif

Comment s’est passée la transition entre ta vie de joueur et celle de dirigeant ?

« la vie de dirigeant est plus fatigante c’est sûr (rires). La transition a été dure car je ne voulais jamais arrêter de jouer mais malheureusement ça arrive pour tout le monde.J’ai essayé de vivre cette transition de manière normale et tout donner pour le club qui m’a permis de rester et d’occuper un autre poste. C’est stressant car sur le terrain on espère que les joueurs vont donner le maximum. Je suis proche des joueurs, j’ai la possibilité de rester proche du vestiaire, de l’équipe et c’est top. C’est beaucoup plus fatigant et stressant d’être dirigeant que joueur mais c’est normal ça fait partie du jeu. C’est une nouvelle expérience, je suis content de la vivre et j’essaye de donner le maximum. »

Maxwell évoque ses relations avec Tuchel

Comment se passent les relations et le travail avec Thomas Tuchel

« Très bien, que ce soit avec lui ou bien son staff ils sont très organisés. il y a une très bonne communication j’en suis très content. On discute beaucoup, on a une philosophie qui se rapproche beaucoup concernant le football, j’apprends beaucoup. C’est un entraîneur qui connait bien le football, la tactique, les joueurs, qui maitrise bien sa communication. Tout est facilité avec le coach et son staff. »

Comment as-tu appris ce métier de directeur sportif adjoint ? Quelle a été ta formation et comment s’est-elle déroulée ?

« Je suis dans une formation théorique avec l’UEFA, je passe mes diplômes pour être aussi un manager. Il y a un côté théorique, pédagogique sur lequel je suis très attentif. Le métier s’apprend aussi surtout dans la pratique et ce tous les jours, je suis attentif à l’apprentissage que ce soit avec Antero, Jean-Claude Blanc, le président et tous les départements du club (communication, marketing, sponsoring). J’absorbe un maximum d’informations pour apprendre tous les jours. Je passe une formation, j’aime beaucoup et de l’autre côté il y a la pratique c’est dur comme ça prend beaucoup de temps mais je suis bien entouré au club et cela m’aide beaucoup. »

Pourquoi avoir choisi de manager plutôt que d’entraîner ?

C’est une bonne question. Je crois que je voulais un rôle plus stable. Le coaching c’est comme le fait d’être joueur, on ne sait jamais ce qu’il se peut se passer ça bouge beaucoup. J’ai préféré la stabilité dans un club que j’aime beaucoup, qui est toujours compétitif. Le club a une marge de progression énorme, a de la stabilité et c’est que je cherchais ».