Une semaine après le match nul décevant en Norvège (30-30), le PSG Handball jouait sa qualification sur ce match retour devant son public.

Dernier match de ces huitièmes de finale, les handballeurs avaient leur destin entre leurs mains tant leur supériorité face à Elverum était évidente lors du match aller. Alors que Montpellier, autre club français présent en C1, s’est qualifié mercredi, Paris pouvait enchaîner une neuvième qualification en 1/4 de finale d’affilée (soit l’entièreté des compétitions européennes disputées). C’est chose faite : Karabatic et ses copains ont gagnés 37-30 dans une ambiance des grands soirs mise par les membres du Collectif Ultras Paris, bien aidé par un Coubertin prêt à donner de la voix. Une ambiance qui a même surpris certains joueurs tel que Adama Keita, bluffé par la communion en fin de match.

Un match retour géré du début à la fin

Les Parisiens ont, au total, été menés moins de deux minutes (0-1en début de match) avant de prendre déjà un petit avantage avec trois longueurs d’avance dès la dixième minute. Mais les joueurs du PSG Handball n’ont pas oublié que Elverum ne baissait jamais les bras. Les Norvégiens avaient remonté cinq buts de retard lors du match aller. Le gardien, Yann Genty, déclarait en fin de match que ses coéquipiers et lui avaient « commis trop d’erreurs en Norvège […]. Nous nous sommes impliqués pour creuser l’écart parce que nous avions toujours à l’esprit qu’Elverum était capable de nous rejoindre ». Même si l’écart est creusé en début de match, les champions de France ne changent pas de rythme et conservent leur avantage notamment grâce au géant letton, Kristopans. A la pause, Paris mène 20-14 et peut donc envisager sérieusement de se présenter en 1/4 de finale.

 

Au retour de la pause, l’avance ne diminue pas et les Parisiens continuent le travail commencé en première période. Malgré l’absence de Nedim Remili, touché à la cheville ce week-end durant la victoire contre Nancy (37-32), le côté droit du PSG se démarque en marquant cinq des sept premiers buts en seconde période. Au final, le PSG s’imposera 37-30 sous les yeux de Mikkel Hansen ou de l’ancien ailier parisien, Luc Abalo. En inscrivant trente-sept buts, le club parisien confirme son statut de meilleure attaque de la compétition avec une moyenne de 34 buts inscrits par rencontre.

 

Des performances collectives et individuelles qui ont fait gagné le match

On peut souligner la très bonne performance de Kristopans, qui signe un de ces matchs les plus abouti avec le Paris-Saint-Germain depuis son arrivée, avec sept buts à 70 % d’efficacité ainsi que quelques passes décisives de génie. Kamil Syprzak a aussi pesé sur la défense norvégienne en inscrivant sept buts aussi, dont deux jets de sept mètres (penaltys). Le pivot polonais prend de plus en plus d’importance et de confiance en attaque : il est déjà à 73 buts cette saison en coupe d’Europe. Avec une victoire acquise à quelques minutes de la fin, l’entraîneur parisien a donné du temps de jeu aux deux jeunes titis en fin de rencontre : Villain est allé garder la cage parisienne et Lenclume a pris place au poste d’arrière gauche. Si Pochettino pouvait prendre exemple, et donner du temps de jeu à certains jeunes, ce ne serait pas de refus.

Kristopans et Syprzak

 

La différence avec le match aller s’est aussi vu défensivement avec l’option d’une défense étagée en 5-1 en plaçant Kounkoud devant. Cela a pu gêner Elverum dont le jeu repose principalement sur le collectif en l’absence de véritable stars. Leur meilleur joueur Dominik Mathé, blessé depuis quelques semaines, était absent pour cette confrontation mais ce qui lui a permis d’observer sa future équipe.

Un adversaire de taille au prochain tour

Le tableau final de Ligue des Champions étant déjà connu, les Parisiens connaissent à l’avance leur futur adversaire. Ayant terminé deuxième de sa poule, Kiel était exempté de passer par les huitièmes de finale. Le club allemand fait parti des favoris de la compétition, qu’il a d’ailleurs remporté quatre fois par le passé. C’est une équipe bien équilibré composé de plusieurs internationaux. On peut par exemple citer leur gardien, Niklas Landin, qui fait parti des meilleurs à son poste mais qui vient surtout d’être désigné comme meilleur joueur du monde par la Fédération Internationale de Handball. L’équipe est aussi composé autour de l’ancien parisien Sander Sagosen qui a déjà inscrit 52 buts en C1 cette saison et qui, par son talent, est capable de changer la tournure d’un match à lui seul.

Kiel est donc une excellente équipe, aussi forte en attaque qu’en défense et qui est sur une forme épatante (une seule défaite en 2022). Cerise sur le gâteau, leur salle est une des plus impressionnante : c’est une véritable forteresse pouvant accueillir jusque 13 500 supporters allemands et prêts à tout pour voir Kiel l’emporter. Les joueurs de Kiel n’ont perdu que deux matchs depuis le début de saison chez eux. La saison passé les deux clubs s’étaient déjà affrontés au même tour, et malgré une défaite en Allemagne, le PSG Handball avait remporté la double confrontation. Paris recevra Kiel le 11 mai à Coubertin, avant de se rendre en Allemagne le 18 pour le match retour.

La Sparkassen-Arena (Kiel)

Une fin de saison alléchante

En dehors de la Ligue des Champions, le PSG Handball va faire son entrée en Coupe de France le 21 mars à Coubertin contre Montpellier en 1/4 de finale directement. L’objectif est bien évidement de participer à la grande fête nationale du handball français à l’Accor Arena, le 11 juin 2022, et donc de remporter une sixième Coupe de France. Le neuvième championnat est presque acquis mais Luc Steins et ses coéquipiers peuvent réaliser un record en remportant l’intégralité des matchs. Pour le moment, les Rouge et Bleu en sont à 22 victoires en 22 matchs. C’est aussi les derniers matchs pour de nombreux joueurs dont le transfert est déjà acté la saison prochaine.

Le temps avant le match contre Kiel est donc important ce qui laisse le temps aux Parisiens de bien préparer la rencontre. Les deux matchs contre Montpellier entre temps (Coupe de France et championnat) vont permettre aux joueurs de garder le rythme des gros matchs. Ce que l’on sait déjà, c’est que les handballeurs ne lâcheront rien et feront tout pour faire briller Paris sur la scène nationale et européenne.

 

Crédits photos : PSG.fr