C’est fait … Le PSG s’impose quasi miraculeusement face à Leipzig grâce à un penalty de Neymar et assure le stricte minimum au terme d’un match ennuyeux, poussif, presque inquiétant. 39% de possession de balle ce soir, plus faible pourcentage pour le club de la capitale depuis une certaine remontada. Il aura fallu attendre les 6 dernières minutes de jeu pour enfin voir les parisiens enchainer les passes et avancer avec le ballon. Il faudra s’en contenter. En attendant, voici les notes des parisiens ce soir :




Navas (7) : Keylor Navas : Synonyme : Régularité. Le portier costaricien enchaine les matchs et les belles prestations. Ce soir il aura encore réalisé quelques beaux arrêts importants et reste définitivement le meilleur recrutement de ces dernières années. Un phare dans la nuit, un ilot de satisfaction dans un océan de déception.

Florenzi (3) : Il a comme nous appris la triste nouvelle du décès de Christophe Dominici plus tôt dans la journée et a tenu à lui a rendre un bel hommage a sa façon, réalisant des chandelles plus hautes les unes que les autres dans le ciel du Parc des Princes. Quand il aime, il ne compte pas et ça c’est beau.

Diallo (5) : Il devait avoir à coeur de se rattraper de son grand final face à Monaco vendredi dernier et à tant bien que mal tenu la baraque en défense centrale, empêchant le navire de sombrer. Un match moyen qui lui permet de se hisser parmi les meilleurs de la soirée, c’est dire …

Marquinhos (5) : Il nous avait dit avoir faim, il semblerait que le défenseur brésilien se soit mis au régime ce soir. Un match où il n’a cessé de subir les assauts allemands aux abords de la surface. Capitaine de la résistance qui s’est organisée ce soir, on lui reconnaitra au moins le mérite de ne pas avoir craquer. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré …

Bakker (3) : Le cyborg néerlandais a fait ce qu’il savait faire, à savoir se démener et faire des efforts. Un apport offensif quasi inexistant et pas mal d’approximations. Et dire qu’il y a de la concurrence au poste d’arrière gauche …

Paredes (5) : De l’impact dès le début du match, une envie d’en découdre qui fait plaisir à voir mais une prestation à l’image de l’équipe, très pauvre au niveau du jeu. Il est loin le milieu de terrain de l’ère Laurent Blanc ..

Danilo (4) : Son physique de déménageur et son engagement devaient nous aider à gagner la bataille du milieu mais ce soir, Danilo Pereira aura fait des fautes, beaucoup de fautes et très peu apporté dans l’utilisation du ballon. Finalement, c’est peut-être Tuchel qui a raison, son terrain de prédilection c’est la défense centrale.

Herrera (5) : Lui aussi reste fidèle à lui-même. De l’abnégation, de l’engagement, un mental de guerrier. Ander joue avec ses moyens et le fait plutôt bien. Si seulement il pouvait déteindre sur certains de ses coéquipiers de devant … Remplacé par Marco Verratti à la 83ème minute qui a d’abord tenu à fêter son retour à la compétition avec un petit jaune bien mérité avant de nous rappeler à quel point il nous manquait dans l’animation offensive.

Di Maria (4) : S’il a souvent été celui par qui jaillit la lumière en Ligue des Champions dans les grand rendez-vous, Angel sera resté très discret ce soir. Son geste le plus marquant restant encore sa sortie à la 62ème minute, refusant de serrer la main de son entraineur. Remplacé par Rafinha venu mettre un peu de désordre dans un match qui en manquait déjà cruellement.

Neymar (3) : Exaspérant avec et sans le ballon, Ney a eu la mauvaise idée de s’inspirer de son entrée en jeu face à Monaco vendredi dernier. Seul, soliste et isolé, on a eu le droit au Neymar que l’on n’aime pas voir. Mais malheureusement, ça ne dépend pas que de lui.

MBappé (3) : A l’image de son pote Neymar, Kylian aura beaucoup tenté et quasiment tout raté ce soir. Des courses à 100 à l’heure pour attaquer et un repli défensif en mode opération escargot. Bison futé à vu rouge ce soir, portant son nombre de minutes sans marquer en C1 à 655.

 

Crédit Image : Le Parisien