Vivre ou mourir : le PSG se déplace ce soir en Angleterre pour rencontrer le premier du classement de la poule H de Ligue des champions : Manchester United. Après avoir enchaîné des matches déséquilibrés, Paris n’espère rien de moins que gagner en cette avant-dernière journée de la phase de poules. 




L’heure est à la gravité : sans cette victoire, le PSG risque de s’exclure de la prestigieuse compétition. En ce 2 décembre, espérons que le calendrier de l’Avent de l’UEFA cache une bonne surprise dans la case du jour.

 

  • Les enjeux de la rencontre :

Se pose-t-on encore la question ? G-A-G-N-E-R. WIN. VINCERE. GEWINNEN. GANHAR.

Il n’y a aucune autre issue possible : d’une, parce qu’on a fait les calculs et que c’est la seule chance pour Paris de pouvoir garder le contrôle sur la suite ; et de deux pour le prestige, la réputation, la force, effacer le match aller (1-2), gagner contre un ancien (Cavani)… Pour la carrière de Thomas Tuchel aussi, un peu.

Paris compte 3 points de retard sur Manchester United, en tête du groupe H.
Soyons clairs : pour être qualifiés pour la suite, les Parisiens doivent remporter leurs deux derniers matches, OU gagner ce soir et faire un match nul en Turquie contre Basaksehir (mardi prochain), OU, plus complexe, si ils remportent autant de points que Leipzig sur les deux derniers matches.

En cas de nul ce soir, les parisiens pourraient se faire doubler par Leipzig, qui se déplacera en Turquie, pour jouer un peu plus tôt que le PSG, face à Istanbul. Si Leipzig gagne, c’est Manchester qui décidera du destin de Paris, car les Red Devils pourraient tout simplement laisser gagner les Allemands lors de leur dernier match, afin que Paris disparaisse du tableau…

Le résultat de ce soir est donc décisif car il donnera le rythme des prochaines semaines. Un impact sur la Ligue des champions, mais aussi en Ligue 1, où le PSG n’a pas brillé ces dernières semaines, même s’il reste leader au classement.

 

 

Pour Manchester United, qui a 3 longueurs d’avance sur Paris, une victoire ce soir signifierait une libération : ils valideraient leur ticket pour les 8èmes de finale. Si les Mancuniens font match nul, ils pourraient être qualifiés aussi si Leipzig perd ce soir face à Istanbul Basaksehir.

En fait ce qui arrangerait les anglais, ce serait d’être complètement tranquille pour pouvoir affronter Manchester City le 12 décembre prochain en Premier League. Le derby est un classique et si les Red Devils se qualifient ce soir, ils pourraient faire reposer leurs joueurs en faisant tourner une équipe B face aux Allemands de Leipzig la semaine prochaine.

Et puis petite anecdote : si Manchester United surclassait Paris ce soir, Ole Gunnar Solskjær serait le premier entraîneur à battre trois fois le PSG en Ligue des champions.

 

  • L’état de forme des deux équipes

L’ambiance est un peu morne dans les vestiaires des joueurs parisiens. Le dernier match en date contre Bordeaux (2-2) n’a rien arrangé : deux buts en l’espace de deux minutes pour le PSG. Puis le néant. Comme face à Monaco, les Rouge et Bleu semblaient avoir leurs batteries déchargées en deuxième période. Une rencontre indigne pour un club vice-champion d’Europe, et c’est Thomas Tuchel qui le dit : perdant ses nerfs, il aurait passablement secoué ses joueurs dimanche, en leur demandant de convoquer « l’esprit de Lisbonne » du dernier Final 8.

Le dernier match européen contre Leipzig a été une réussite au score (1-0), mais pas sur le terrain. Des critiques que les parisiens et leur coach ont préféré oublier, pour se concentrer sur les trois points gagnés, et la hausse de leur moral. En résumé, l’évolution du PSG ces dernières semaines inquiète ; même Neymar s’est confié en privé sur sa déception. Il aurait pointé du doigt l’absence de collectivité du groupe. Ironie, quand on sait qu’il joue souvent sa partition en solo…

Mais méfions-nous de l’eau qui dort : le PSG sait rebondir quand il le faut. Les parisiens savent qu’ils jouent leur avenir sur cette soirée et qu’il ne faut pas faillir. Il faudra rentrer sur le terrain comme des guerriers, à la limite de faire un Haka pour se donner de la force. Thomas Tuchel a parlé de « combat » hier en conférence de presse.

Marco Verratti, lui, a insisté sur la nécessité de mettre de la personnalité dans le jeu pour contrôler le rythme et de ne pas avoir peur du ballon. Parmi les bonnes nouvelles : l’infirmerie qui se vide, avec les retours de Gueye, Navas, Marquinhos, Kehrer, et Kurzawa. Même si Sarabia et Icardi ne seront pas du déplacement, l’indispensable Marco Verratti , présent à la conférence de presse, sera bien au milieu.

Neymar devrait, lui, démontrer son sens du collectif ce soir, après sa sortie sur ses co-équipiers… Et puis Moise Kean impressionne depuis quelques matches : il réalise un excellent début de saison. Arrivé comme joker d’ Icardi, il aura finalement inversé la tendance, à cause de la blessure du buteur argentin. Le jeune italien, prêté par Everton, a tout de même marqué 6 buts sous le maillot parisien. Dont le dernier en date face à Bordeaux. Le PSG doit laisser derrière lui un mois de novembre désastreux pour ouvrir un nouveau chapitre et montrer sa rage de vaincre sur la pelouse.

De son côté, Manchester United fait un sans faute sur le plan européen, mais l’équipe des Red Devils n’est pas au top non plus. Les joueurs d’Ole Gunnar Solskjær ne figurent pas dans les premiers au classement en Premier League, malgré leur victoire ce week-end contre Southampton (2-3). Une faiblesse défensive évidente, mais un match extraordinaire d’Edinson Cavani qui a sauvé son équipe : l’ancien parisien a été impliqué dans trois des réalisations mancuniennes, en marquant deux fois.

Cela ne pouvait pas tomber plus mal pour le PSG, trois jours avant de le recevoir.
Edinson Cavani qui va donc retrouver son ancien club où il a passé 7 ans pour devenir le meilleur buteur de l’histoire du Paris Saint-Germain (200 buts). Quand on sait que les parisiens n’aiment pas retrouver leurs « ex » sur le terrain, la confrontation risque d’être intéressante pour eux comme pour lui… ainsi que l’a expliqué Ole Gunnar Solskjaer :

« Il est prêt à jouer et bien sûr que c’est particulier pour lui de jouer contre le PSG, son ancien club dont il est le meilleur buteur, cela va le toucher mentalement. Le connaissant, cela va lui donner de l’énergie. Il est tellement professionnel. Il va travailler sur son état d’esprit aujourd’hui (mardi) pour être prêt pour le match. »

Les anglais ont eux aussi été touchés par des blessures cette dernière semaine : Anthony Martial a été malade tout le week-end, Paul Pogba, touché à la cheville, n’a pas joué depuis France-Suède, le 17 novembre dernier. David De Gea, le gardien mancunien, s’est fait mal au genou gauche face à Southampton. Et la liste était déjà longue, avant leur dernier match (Luke Shaw, Eric Bailly, Phil Jones, Scott McTominay étaient indisponibles).

Miraculeusement, tous ces joueurs ont été vus à l’entraînement hier et seraient disponibles pour affronter le PSG. C’est ce qu’a déclaré Ole Gunnar Solskjær lors de sa conférence de presse.

 

  • Les compositions probables

Absent contre Bordeaux samedi dernier, Keylor Navas sera dans les cages. Devant lui, Marquinhos sera également bien présent, très certainement en défense centrale, entouré de Florenzi, Kimpembe et Bakker ou Kurzawa. Au milieu, seule la présence de Verratti est une certitude. Ce-dernier devrait être accompagné de Leandro Paredes et Danilo pourrait, quant à lui, occuper le rôle de sentinelle. Cela permettra aussi à l’international portugais de se glisser aux côté de l’axe central Marquinhos-Kimpembe et ainsi former une défense à 3 en phase défensive.

En attaque, le doute est encore très présent dans l’esprit de Thomas Tuchel. Alors que L’Équipe annonce la titularisation du trio Mbappé-Neymar-Di Maria, il se pourrait bien qu’une surprise vienne se glisser dans le 11 de départ parisien. En effet, l’entraîneur allemand songe fortement à titulariser Moise Kean à la pointe de l’attaque afin de peser littéralement sur la paire défensive de ManU Maguire-Lindelöf. Comme on vous l’annonçait hier, Tuchel pourrait donc revoir sa formation au tout dernier moment en titularisant Kean plutôt que Di Maria.

 

Côté Manchester United, même si tous les joueurs sont candidats au onze de départ, il est difficile d’entrevoir qui sera vraiment titulaire. L’équipe a joué en 4-4-2 contre Southampton, mais avait affiché un 4-3-1-2 face au PSG dans les dernières rencontres.

Il est probable que ce système soit gardé pour ce soir. Longtemps incertain, le gardien David De Gea devrait finalement tenir sa place dans les cages. Devant lui, on devrait retrouver les défenseurs Wan-Bissaka, Lindelöff dit l’ « Iceman », l’anglais Maguire et l’arrière-gauche brésilien Telles.

Les chances de voir Paul Pogba au coup d’envoi sont quasi nulles, on s’attend donc à un milieu composé de Van de Beek malgré le coup qu’il s’est pris à la cheville dimanche, ainsi que de Matic et Fred. Ce duo a été le pivot de la victoire face à Southampton dimanche. Leur performance a été saluée par l’une des stars de l’équipe, Bruno Fernandes que l’on devrait retrouver à la manoeuvre juste derrière la ligne offensive. Le portugais a déjà marqué 7 buts cette saison et est devenu indispensable aux Mancuniens.

 

Malade tout le week-end, Anthony Martial pourrait bien laisser sa place dans le onze de départ à Edinson Cavani. Il serait évidemment associé à Marcus Rashford, l’attaquant star aux pieds d’or et au grand coeur (il est à l’initiative de beaucoup d’actions caritatives au Royaume-Uni), ce qui en fait un ennemi difficile à détester, mais à ne surtout pas perdre de vue. Sa rapidité et sa précision dans la finition pourraient bien inquiéter le PSG.

  • L’arbitrage

C’est un italien qui départagera les mancuniens et les parisiens mercredi. Daniele Orsato a été désigné par l’UEFA. C’est lui-même qui était au sifflet lors de la finale maudite face au Bayern Munich en août dernier (1-0). Mais Paris n’en a pas que des mauvais souvenirs puisqu’il a également dirigé la rencontre entre le PSG et Manchester United à Old Trafford, en 8ème de finale aller, le 12 février 2019, avec une victoire des parisiens (0-2). D’ailleurs les anglais ne sont pas chanceux lorsque monsieur Orasato est au sifflet puisque les Red Devils ont perdu les trois matches qu’il a arbitrés pour eux.

Au niveau cartons, Daniele Orsato apprécie particulièrement les jaunes, et les sort de sa poche sans trop de difficultés…

Ses assistants seront Alessandro Giallatini et Fabiano Preti.  Le 4ème arbitre sera Daniele DoveriMarco Guida et Marco Di Bello seront à la VAR.

 

Coup d’envoi ce soir à 21h sur RMC Sport 1 !

Crédit image : RMC Sports