Depuis hier soir, le monde pleure Diego Maradona, décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 60 ans. TOUT le monde ressent ce vide, et pas seulement les fans de football, les cultivés du sport, ou les argentins. De Buenos Aires à Naples, de Boca à Barcelone, d’un bout de la Terre à l’autre… en passant par Paris. Le Pibe de Oro n’est pas venu souvent dans la capitale, mais il a tout de même foulé la pelouse du Parc trois fois, et ne s’est jamais retenu de donner son avis sur le PSG.

Lors de la réception de Bordeaux ce samedi, à l’occasion de la 12ème journée de Ligue 1, le Parc respectera d’ailleurs une minute de silence.




Le PSG est une équipe internationale : des français, des italiens, des argentins peuplent les vestiaires du Parc. Et les hommages des joueurs hier soir, aux micros des médias, ou sur leurs réseaux sociaux respectifs, démontrent à quel point Maradona était de partout et de nulle part. Et cette équipe éclectique qui parle, finalement d’une seule voix, au même moment, au sujet d’un même évènement, représente le football sans frontière que symbolisait Maradona.

Comptes Instagram de quelques joueurs parisiens

 

Le Dieu du football, a laissé des millions d’orphelins, mais fait des milliers d’heureux et inspiré des carrières monstrueuses. Il représentait le football enfantin, celui que l’on joue dans les banlieues, dans les cités HLM, dans les cours de récré, sur les terrains vagues ; sans honte, sans gêne, sans réflexion, et parfois sans règles. Et il a réussi à garder cette candeur en passant professionnel, en promenant son 1m66 sur les plus grandes pelouses du monde.

Ce n’est pas forcément le football que l’on voit aujourd’hui, ce n’est pas celui des années 2000 qui nécessite finances sans fond, et spectacle obligatoire. Ce n’est pas celui que l’on voit au Parc non plus, car le PSG joue à l’image de son époque. Mais Paris se sent concerné par sa disparition, comme le monde entier… et pour cause : Maradona a, plusieurs fois dans sa carrière, développé des liens avec les parisiens.

 

  • Quand les crampons de Dieu foulent la pelouse du Parc

Comme l’a rappelé le PSG dans un communiqué hier soir, Diego Maradona a eu l’occasion de jouer trois fois au Parc des Princes : deux fois contre le PSG et une fois contre l’équipe de France.

 

La première rencontre de Diego Maradona avec les parisiens remonte au 5 septembre 1981 : ce soir-là, un hommage était organisé en l’honneur de Jean-Pierre Dogliani et Jean-Louis Leonetti, deux joueurs qui avaient permis à Paris de se hisser en Ligue 1, en 1974.

C’est sous le maillot de Boca Juniors, que Maradona joue au début des années 80. Deux saisons qui marqueront ses débuts fulgurants. Le PSG reçoit donc Boca, mais surtout Diego Maradona qui suscite l’engouement et la curiosité, comme le montre l’affiche de la rencontre.

A l’époque cela ne coûte pas cher d’assister à ce match de gala, à peine 1 euro. Diego Maradona ne se donne pas à fond ce jour-là, mais Boca l’emporte tout de même 3-1, et Paris, en maillot vert pour l’occasion, voit enfin évoluer sur son terrain celui dont tout le monde parle, sous les couleurs du club le plus populaire de Buenos Aires.

Deuxième rendez-vous : nous sommes le 13 novembre 1982, et le maillot de Diego a changé de couleurs. Transféré à Barcelone pour plus de 7 millions de dollars, il revient au Parc, un mois avant qu’une hépatite ne l’éloigne des terrains pendant quelques semaines.

Match amical PSG-Barça : le Maître inscrit un but, et fait le minimum. Les 30 000 spectateurs assistent à une victoire des catalans, mais les parisiens sifflent la sortie de Diego Maradona, mécontents.

À l’occasion, Gérard Holtz ira interviewer l’ « As des As » comme il l’appelle, pour Stade 2, le lendemain du match.

 


INA.FR

La troisième visite du génie argentin à Paris, aura lieu 4 ans plus tard. En mars 1986, il vient jouer un match amical contre la France, sous le maillot de sa sélection. Les Bleus gagnent 2-0 !

Le match n’est clairement pas la priorité de Maradona qui ne pense qu’à la Coupe du monde qui doit se jouer quelques mois plus tard. Et pour cause…
Pour l’anecdote, il reviendra au Parc bien plus tard, le 4 janvier 1995, mais en tant que spectateur. Le PSG recevait l’AJ Auxerre en Coupe de la Ligue (1-0), et D10S (« Dios ») était dans les tribunes, une écharpe rouge et bleue autour du cou. Il s’était déplacé dans la capitale avec toute sa famille, à l’occasion de la remise d’un Ballon d’or symbolique par le journal France Football.
  • Quand « la main de Dieu » met des petites claques au PSG

Si le joueur n’a pas laissé un souvenir impérissable de ces quelques rencontres au Parc, il suivait avec attention l’évolution du PSG. Surtout depuis le début de l’ère QSI.

En 2012, l’argentin va au clash avec le club parisien, mais surtout avec son directeur sportif. C’est carrément un règlement de comptes avec Leonardo auquel le monde du football assiste dans la presse !

L’argentin n’aime pas la façon dont le brésilien gère le club, notamment après le licenciement d’Antoine Kombouaré, et il le fait savoir :

« Je ne comprends pas très bien Leonardo, explique « Diego »,  « Je ne l’ai pas compris quand il est passé de l’AC Milan à l’Inter, et encore moins aujourd’hui ce qu’il fabrique avec le PSG. Je me demande s’il est joueur, entraîneur, agent, ou pétrolier. Je ne comprends pas. »

« C’est la preuve que, dans le football, quand vous savez faire du lobbying, aujourd’hui ça paye », dénonce-t-il. « Je n’aime pas ceux qui caressent dans le sens du poil. Je n’aime pas du tout la position de Leonardo. »

« Ceux qui trahissent sont toujours là, et signent des contrats avec ceux qui ont beaucoup d’argent, comme ceux qui ont racheté le PSG. Donc, dans ce cas, je suis celui qui a tort et Leonardo celui qui a raison. »

(Canal Football Club)

Leonardo ne tardera pas à répondre :
« Moi-même, je ne comprends pas toujours ma vie! Il a raison. C’est le 3e joueur mondial de tous les temps, car maintenant est arrivé Messi. »
« Maradona qui parle du PSG, c’est bien. Plus on parle du PSG, mieux c’est. »
Ambiance.
En 2017, Maradona continue à parler haut et fort, cette fois, c’est lors d’une interview au journal « AS », qu’il tire sur Paris.
A l’époque il estime que les hommes d’Unai Emery sont trop dépendants du trio d’attaque formé par Kylian MbappéEdinson Cavani et surtout Neymar.
« Si j’aime le PSG ? Non, le PSG ne me satisfait pas. Il est très Neymar-dépendant, et compte trop sur les buts de Cavani…et de Mbappé, qui pour moi est la révélation du football ».
Diego Maradona avait une sincère admiration pour Kylian Mbappé, il lui a même donné quelques conseils lors de cette même interview :
« C’est un joueur fantastique, mais ça reste un gamin! Il faut qu’il joue des matches et encore des matches, qu’il dispute plein de compétitions pour continuer de grandir. Il doit surtout faire attention aux défenseurs qui peuvent lui massacrer la cheville. J’en sais quelque chose… Mais je dois admettre qu’il va vraiment très vite et qu’il a un toucher de balle particulier »
Du côté des chevilles de Mbappé, trois ans plus tard, tout va bien, contrairement à celles de Neymar Jr qui sont, à ce qu’il paraît, très fragiles…
En revanche c’est une autre prophétie qui pourrait faire peur aux supporters de Paris. Maradona raconte à l’AS, qu’il avait suggéré au Real Madrid de se jeter sur notre numéro 7 avant qu’il arrive à Paris.

Pourquoi le Real Madrid ne l’a pas recruté ? J’ai dit à Florentino Pérez (président du Real) : ‘signe Mbappé’. Je le lui ai dit quand nous nous sommes vus au siège de la FIFA ! Mais il m’a dit : « tu sais, j’ai Cristiano, et avec celui-là… »

La dernière phrase suggère que l’ego de CR7 aurait été un peu trop gros pour permettre à Kylian de trouver sa place…

Pour moi, il faut que (le Real) achète Mbappé », a conclu Maradona.

Aujourd’hui, les rumeurs de transfert n’ont de cesse d’animer la presse espagnole.

Espérons pour les Rouge et Bleu que la main de Dieu ne soit pas aussi son prophète.

Photo : (DESCHAMPS/L’Equipe)