PSG 1 – 0 OM – Les Notes du Match!

Chaque semaine, un membre de la rédaction vous donne son analyse du match des parisiens. L’occasion de faire le point sur les prestations et attitudes individuelles de nos joueurs. Entre passion dévorante, coups de sang, amour démesuré du club et mauvaise foi crasse.

Donnarumma 7 : Vous pouvez remercier le ciel qu’il soit encore là. On a eu de la visite ! Mbamba (50e), Clauss (52e), Guendouzi (63e). Mais vous avez la chance d’avoir un gardien qui s’appelle Donnarumma et qui a dit « on ne passe pas » !

Marquinhos 6 : L’homme qui ne perd jamais face à la Squadra del Guignolos Marseillaise. 18 classiques 0 défaites. Manifestement plus à l’aise dans un système à 4 défenseurs, même repositionné axe gauche à la sortie de Danilo. Averti (73e) pour avoir défendu Neymar : attitude de capitaine, on a failli tomber du canapé.

Danilo (non noté) : sorti blessé après un début de match de daron (24e). Remplacé par Mukiele 4 : mangé par Tavares (Le moins fort des Nunos) sur son premier ballon. Avant de faire preuve d’un placement aléatoire et de conduites de balle plus ou moins fantasques. Ranges tes mimines, aussi, Nordi, ça peut moins bien se passer.

Hakimi 5 : Dragueur bourré en boite de nuit : bonnes intentions mais mauvais choix. De l’activité dans le dos de Messi, sans réussite. A noter une belle frappe à la 5e minute, qui se heurte à Pau Lopez.

Bernat 5 : Après un première mi temps délicate, il se rattrape et gagne en influence après la pause alors que les marseillais ne voient plus le ballon (un peu comme en ligue des champions, à 11 contre 11, bien sûr).

Verratti 7 : Mais si la vie par malchance nous fait manquer quelques rendez vous, pour cause de cigarettes, négligence de jeunesse. Même si ensemble finalement on ne devait pas aller au bout, ça fait 10 ans que t’es passé devant mes yeux, 10 ans que je me dis, t’es ce qui m’est arrivé de mieux.

Vitinha 6 : Match après match, Vitinha confirme son importance dans le jeu Parisien. Connivence évidente avec Marco, entre récupération, projection, et verticalité. En témoigne le but Parisien : récupération de Verratti pour Vitinha, qui trouve immédiatement Mbappé dans la profondeur. Les deux milieux de poche ont souillé le milieu Marseillais, bien aidés cette fois par l’impact de Ruiz. Sorti pour l’occasion de sa vitrine du quartier rouge, Guendouz’ n’en est toujours pas revenu.

Fabian Ruiz 6 : Pour son entrée dans le 11 de départ, on a enfin compris pourquoi Campos le voulait. Puissant, agressif, intelligent, technique sure, bonne lecture du jeu et bon placement. Très intéressant dans ce milieu à trois, alors qu’il était perdu au milieu du 3-4-3 so summer 2022 exigé à corps et à cris par les fashionatas parisiennes. Ceux là même qui hurlent aujourd’hui au retour du 4-3-3. Et sincèrement, Galette a de quoi douter.

Messi 6 : Moins omniprésent que dernièrement, puisque le poste de numéro 10 était cette fois ci dévolu à Ney. Mais néanmoins toujours dangereux, à la limite de la létalité (Fracasse la barre de Lopez à la 35e). On a aimé le voir un peu plus haut, repiquer au centre et laisser Hakimi déborder dans son dos. D’autant que Neymar positionné en 10 contribue d’avantage à l’effort défensif. Sorti bougon à la 79e, pour Sarabia, loin de la forme de sa vie.

Neymar 8 : Match de gourmet pour le gastronome Brésilien. En entrée, il va déguster l’espace entre les lignes, avant de se régaler d’un but du droit servi par le chef Kylian (45e), assaisonné d’une belle petite sauce Marseillaise. Délicieux. Comme il lui restait un petit creux, il se ressert une petite tranche de Gigot bien saignante, bien rouge. Merci d’adresser l’addition à la commanderie. Remplacé par Soler (88e), idée trop tardive pour être lumineuse.

Mbappé 7 : Bras de fer gagné : profitant de la réaxation de Ney, l’homme qui refusait de jouer pivot a pu se déporter sur le côté gauche. Zone préférentielle confirmée, activité et dangerosité retrouvées. Résultat : après quelques frappes contrariées par Pau Lopez (20e, 27e), galette maison pour Ney (45e). Soyez copains, soyez pas copains, on s’en contrefout, tant que vous parlez le même football pour détruire cette équipe de seconde zone. Par contre, Kyky, retourne à la mine pour bosser le jeu dos au but et le jeu de tête. Apprends à être le pivot que tu ne veux pas être, tout en restant le 9 ½ insensé que tu es déjà, et tu l’auras, ton ballon d’or.

Galtier 6 : Neymar en 10 qui casse les lignes et se replie. Devant lui, Mbappé moitié pivot moitié à gauche, Messi légèrement à droite qui repique et Hakimi qui plonge dans son dos. 3 milieux qui densifient le milieu de terrain, et permutent avec une certaine facilité. Un ballon qui vit, des joueurs en mouvement. Tout n’a pas été parfait. Mais le 4-3-3 a marqué quelques points.

Lire aussi : PSG 1 – 1 Benfica – Les Notes du Match