Alors que le Paris-Saint-Germain féminin commencera sa saison ce dimanche par le Trophée des Championnes, PSG Community vous propose un petit pêle-mêle des différentes informations.

  • La préparation

Le PSG Féminin a repris depuis plusieurs semaines avec un nouvel entraîneur, un nouveau board et un groupe amoindri. Au cours des séances, les internationales ont commencé à revenir. Or blessées, le groupe était presqu’au complet pour le tournoi de préparation à Toulouse. Un tournoi révélateur de différents manquements au sein de l’effectif de Gérard Prêcheur. L’effectif a perdu en qualité mais aussi en quantité. Pour le premier match contre Manchester United, Prêcheur a du aligner six défenseures sur le terrain mais aussi deux jeunes inexpérimentées. Au final, Paris s’est incliné 1-0 face au club mancunien. Trois jours plus tard, le XI change peu et le PSG tient le match nul contre le vice-champion d’Europe, le FC Barcelone.

Petit à petit, les joueuses ayant disputées l’Euro commence à réintégrer le onze de départ. En fin de soirée, Paris s’est imposé 2-1 face à Levante. Un match qui marquait le retour dans la compo pour Ilestedt, Karchaoui, Geyoro, Baltimore ou encore Diani. Pour autant, le manque de rotation peut inquiéter : sur les 12 remplaçantes, on pouvait trouver trois gardiennes et cinq jeunes Titis. Blessée durant l’Euro, Lieke Martens était sur le banc pour les trois matchs de préparation. Les joueuses du PSG Féminin doivent maintenant se préparer pour leur premier match officiel : le Trophée des Championnes à Dunkerque contre l’OL ce dimanche 28 août.

Conclusion de la préparation : trois matchs pour une victoire, un match nul et une défaite. Le groupe est amoindri et manque de profondeur. Pour jouer les premiers rôles cette saison, le PSG doit s’activer sur le marché des transferts.

  • Les transferts

Alors que le PSG a perdu de nombreuses joueuses cet été, le recrutements de différentes joueuses commencent à se faire attendre. Malgré l’arrivée de quatre nouvelles joueuses, le manque de qualité et profondeur de banc se ressent. Pour autant, Paris reste actif sur le marché des transferts et espère renforcer son milieu de terrain dans les prochains jours. Selon Le Parisien, la cible principale de Castellazzi est l’internationale néerlandaise Groenen. Titulaire en sélection et à Manchester United, le dossier est complexe, tant il est compliqué de trouver un accord pour un transfert. Une arrivée qui pourrait faire du bien au milieu parisien après le départ de Dabritz pour Lyon cet été.

Le PSG Féminin pourrait bientôt boucler, et officialiser, l’arrivée de l’attaquante Thorvaldsdottir, selon Le Parisien. L’internationale islandaise joue très peu dans son club de Brann, en Norvège. Elle rejoindrait la capitale pour palier à l’absence de Katoto, gravement blessée. D’autres joueuses sont aussi dans les petits papiers du PSG, sans plus pour l’instant.

Du côté des départs, Grace Geyoro devrait bien rester à Paris malgré l’intérêt de Chelsea. Malgré une très très grosse offre, le PSG Féminin a décidé que sa capitaine était intransférable. Reste à savoir si Prêcheur en fera sa capitaine pour cette nouvelle saison.

  • La blessure de Katoto

Blessée durant l’Euro 2022 avec la France, l’attaquante du PSG est en phase de rééducation après avoir été opérée. Selon Loïc Tanzi, Katoto devrait passer par le Qatar d’ici quelques semaines. Un voyage pour continuer sa rééducation à la clinique Aspetar. Après sa rupture du ligament antérieur du genou, ainsi qu’une fissure du ménisque, la meilleure buteuse du club Rouge & Bleu ne retrouvera pas la compétition avant sept mois encore (mars 2023). Elle ferait alors son retour à quelques mois de la Coupe du Monde avec l’objectif d’y arriver en forme. Pour le PSG, cela signifie qu’elle devrait être présente pour la phase éliminatoire de C1 mais aussi pour la phase finale du championnat et donc le PSG-OL en avant-dernière journée.

Même absente des terrains, MAK continue de s’informer avec intentions l’actualité du PSG Féminin. Selon L’Equipe, elle serait satisfaite de la venue de Prêcheur, qu’elle connaissait déjà avant mais aussi de celle de Castellazzi. De leurs côtés, les deux hommes continuent de prendre de ses nouvelles et de lui montrer son importance dans le projet.

  • Hamraoui, le cas sensible

Hamraoui a vécu une pré-saison mouvementée. D’abord à l’écart, elle a fini par rejoindre le groupe au bout de quelques jours de préparation. Depuis la prolongation de Katoto, son départ semble quasiment acté. Cependant, Prêcheur est resté mystérieux sur l’avenir de la Française. Avec un milieu de terrain dépeuplé, le nouvel entraîneur parisien pourrait compter sur la joueuse. Pourtant, elle n’a pas joué une minute durant les trois matchs amicaux, et n’a même pas été du voyage en Espagne. Ses relations avec Katoto et Diani sont très froides, voir inexistantes. Katoto ne souhaiterait plus jouer avec l’internationale française. Hamraoui aimerait rester à Paris jusque 2023, date de la fin de son contrat. Le club, quant à lui, essaye toujours de lui trouver une porte de sortie.

Pour résumer : elle veut rester, certaines de ses co-équipières ne veulent plus jouer avec elle alors que l’entraîneur est resté vague et attend de voir si elle peut être utile au projet alors que Castellazzi cherche à la vendre.

Les Parisiennes affronteront Lyon dans le cadre du trophée des Championnes ce dimanche. Par la suite, le PSG Féminin commencera sa saison contre Soyaux le 9 septembre. Le club de la capitale devra aussi passer par les barrages de Champions League fin septembre (20/21 et 28/29 septembre) pour se qualifier pour la phase de poule.

A lire aussi : Campos a trouvé une alternative à Fabian Ruiz

Crédit image : PSG.fr