Loading

Après avoir perdu la finale de Coupe de France face aux mêmes Lyonnaises, le PSG Féminin se prépare au match le plus important de la saison. La réception de l’OL, au Parc des Princes, pour s’adjuger un deuxième titre de champion de France.

Cette saison, le PSG s’est donné les moyens de croire à un nouveau titre. Après avoir terminé, la phase aller, en première position ; les joueuses du PSG Féminin ont, ensuite, vu l’OL repasser devant, au fil du championnat. Malgré, avoir laissé quelques points en route, le match de dimanche soir déterminera l’issue de la saison. En effet, il ne reste que deux journées de D1 Arkéma : le choc PSG-OL dans un premier temps puis, dans un second temps, les Parisiennes se rendront à Soyaux (déjà relégué), samedi prochain. Dans le même temps, le rival lyonnais accueillera le Stade de Reims.

Une défaite amère la semaine dernière

Au classement, Parisiennes et Lyonnaises sont séparées par trois points. L’OL est en tête avec une différence de +53 buts, suivi de près par un PSG Féminin avec un goal-average de +31. Mais pas de quoi s’inquiéter. Les Parisiennes ne devront pas l’emporter de 12 buts, une victoire 1-0 suffira. En effet, en D1 Arkéma, si deux équipes finissent à égalité de points, la différence particulière les départage. À l’aller, le PSG l’avait emporté 1-0 dans les derniers instants. Un véritable braquage, mais qui aujourd’hui, donne de l’espoir aux Parisiennes. Refaire le même coup sera compliqué, surtout sans Diani, mais pas impossible. La défaite en finale de Coupe de France, la semaine dernière, peut être un atout pour les Parisiennes. Gérard Prêcheur, fin tacticien, parfois même incompréhensible, a dû s’apercevoir des quelques soucis du dernier match. Les joueuses de leur côté se doivent d’être motivées. Motivées de pouvoir gagner un nouveau titre, motivées de prendre leur revanche, motivées de l’emporter devant leurs supporteurs.

Les joueuses doivent encore avoir au travers de la gorge, la défaite en finale. En tout cas, Gérard Prêcheur, lui, y pense toujours. La façon dont ses joueuses ont joué, la semaine dernière, lui a laissé de mauvais souvenirs : « Moi, je demande une chose à mes joueuses : qu’elles fassent ce que je leur demande et c’est ce qu’elles n’ont pas fait face à Lyon en Coupe de France. » Par exemple, l’entraîneur du PSG Féminin avait été obligé de remplacer Vangsgaard, sa seule buteuse, par Laurina Fazer, dès la 30e minute. Prêcheur a ensuite rajouté : « C’est toujours embêtant dans un match aussi important avec un tel adversaire de manquer d’exigence et de discipline. »

Le Parc, une “opportunité extraordinaire” pour le PSG Féminin

Les matches entre le PSG et l’OL sont toujours des chocs. Souvent programmé en prime time, les deux meilleures équipes françaises se battent avec leurs armes. Par ailleurs, l’écart se resserre d’année en année. Un match encore plus important, ce dimanche, puisqu’il déterminera le futur vainqueur de D1. Nasser Al-Khelaïfi était présent à l’entraînement des Parisiennes, à la veille du match, ce qui en montre la dimension. En faisant jouer ce match au Parc des Princes, le PSG a bien conscience de l’importance de ce choc. Avec le retour du CUP et un appel à se rendre au stade, le « Parc » va pousser derrière ses joueuses. Ce qui n’a pas été possible la semaine dernière, à Orléans. Pour le moment, le club de la capitale attend 15 000 personnes, mais espère monter jusque 20 000, selon France Bleu.

Voir la section féminine jouer au Parc des Princes est une « opportunité extraordinaire » pour Prêcheur qui n’a pas oublié d’évoquer l’importance de ce rendez-vous, tout au long de la semaine : « On a la possibilité en 90 minutes d’effacer les contre-performances de la saison et transformer même une saison difficile en une saison qui pourrait presque devenir exceptionnelle. C’est génial, on ne peut pas manquer cette opportunité-là ». Un match pour tout oublier, pour faire d’une saison compliquée, une saison merveilleuse. 

Quelle buteuse pour Paris ?

La semaine dernière, Vangsgaard était passé à côté de son match. Match qui a duré, seulement, une trentaine de minute pour la Danoise. Au matin de PSG-OL, Prêcheur se pose toujours des questions sur l’attaquante qui sera alignée. Un mystère que ni L’Équipe, ni Le Parisien n’arrive à élucider. Selon le quotidien de sport, l’ancien entraîneur de Lyon, pourrait aligner Fazer en pointe. Pour rappel, la jeune Parisienne est formée… au milieu de terrain. Mais sans Katoto, Diani et Thorvaldsdottir, Prêcheur n’a plus tant de 9 que ça. Surtout si Vangsgaard ne répond pas aux besoins de l’entraîneur. Cependant, selon Le Parisien, le coach du PSG hésiterait entre la jeune Traoré et… Vangsgaard.

L’autre hésitation de l’entraîneur serait pour le poste de gardienne. Depuis le début de saison, et malgré un enchaînement de boulette, Bouhaddi débutait dans les cages. Pour autant, au fil de la saison, Constance Picaud a gratté les minutes et part maintenant en favorite pour débuter au Parc des Princes. La troisième gardienne, Votikova est absente tout comme Dudek, Georgieva, Diani, Katoto et Thorvaldsdottir. Avec deux centrales en moins, et malgré le retour de Ilestedt, Jean-François devrait commencer au côté de De Almeida.

Le PSG aura l’occasion de mettre la main sur le titre à Auxerre. Dans le même temps, le PSG Féminin pourra soulever un deuxième championnat au Parc des Princes. Comme dirait Pascal Dupraz : « C’est maintenant qu’il faut le faire, pas demain, ni hier. C’est maintenant. Il n’y a plus qu’à manger : le couvert est dressé. » ! Le PSG veut faire rêver ; la section féminine doit, demain, montrer qu’entre rêve et réalité, il n’y a qu’un pas. 

À lire aussi : D1 Arkéma : Plusieurs joueuses parisiennes récompensées