Chaque semaine, un membre de la rédaction vous donne son analyse du match des parisiens. L’occasion de faire le point sur les prestations et attitudes individuelles de nos joueurs. Entre passion dévorante, coups de sang, amour démesuré du club et mauvaise foi crasse.

Angers 0 – 3 PSG – Les Notes Du Match !

Navas 6 : Main opposée sur une frappe de Boufal à la 5e avant de capter la belle tête défensive de Kehrer qui filait dans la lucarne. Vigilant et efficace, le sang froid dont on avait besoin à Madrid ? Ne plus jamais y penser. Jamais. Jamais. Jamais.

Kehrer 6 : Mohamed Ali a voulu lui mettre des coups de Cho, mais Thilo a contrôlé la température. Retour défensif parfait à la 69e. Quand il joue à son poste, il est plutôt bon. Amusant.

Ramos 7 : Kehrer a tenté à la 7e. Marqui à la 27e. Et papa est venu leur expliquer comment faire à la 47e, au bout du temps additionnel de la première mi temps. Le coup de casque dans le soupirail, bien aidé par une défense Angevine en mode cirque Zavatta. Durant 90 minutes, Sergio-n’a-qu’un-mollet a étalé son expérience sur la tête des attaquants angevins. Il est écrit dans l’ADN parisien qu’il va enchainer les matchs de haut niveau inutiles en fin de saison.

Marquinhos 6 : Capitaine rétrogradé lieutenant sur le flanc droit de la défense à trois du général Ramos, il a tenu son côté avec Hakimi. Claque le 3-0 à la 77e. Remets toi la tête à l’endroit, Marqui, et viens reprendre ta place.

Bernat 4 : Piston gauche sans moteur, Pris dans son dos par Boufal à la 8e. Rapidement en panne d’essence. Averti à la 42e. Remplacé par Nuno Mendes (71e), qui ne cesse de creuser l’écart de niveau avec son ainé.

Danilo 5 : Positionné 6 en l’absence de Verratti. Maçon entouré de peintres. Même s’il fait des miracles avec ses truelles, c’est insuffisant pour construire la maison du jeu parisien.

Wijnaldum 3 : Belle progression globale de balle de – 50 mètres. La plus belle carotte du mercato depuis DJ Jesé, qui avait pourtant mis la barre très haut. Heeeey Newcastle, on a un milieu pour vous ! Finalement remplacé à la 78e par Gueye, lion de la Téranga qui ne mord plus beaucoup.

Hakimi 5 : Toujours solide et appliqué en défense, il a été plus présent offensivement à mesure qu’Angers coulait. On sent que le Marocain a des fourmis dans les jambes, on a envie de le voir exploser comme son compère de l’aile gauche. Ce sera pour la saison prochaine. Remplacé par El Chadaille (86e), pour ses premières minutes en Ligue 1.

Di Maria 5 : 20 avril. Di Maria découvre l’existence d’Hakimi, lui fait trois passes, puis disparait de la première période. Fait réapparaitre son pied gauche par séquences en deuxième mi temps, pour téléguider deux passes décisives au milieu d’une défense Angevine larguée. Ça sent la fin pour l’Ange, qui fut souvent le gardien des nuits de ligue des champions parisiennes. A l’heure de tirer sa révérence, le Parc devra rendre hommage à l’un de ses princes. Remplacé par Simons (86e), qui n’en finit plus d’attendre du temps de jeu.

Mbappé 7 : A passé sa première mi-temps à attendre Wilson. Seul au monde. Alors qu’il suffit de lui donner le ballon pour faire un gros trou dans les filets (28e). Feinte de corps-frappe enchainée à la R9 (65e) sortie du bout du gant par Mandrea. L’artiste ne cesse d’élargir sa palette. Grande Jugador. Ce sera terrible pour les socios Madrilènes de le voir prolonger à Paris. Franchement on se le souhaite.

Dina Ebimbe 5 : Après une première période très difficile où il semblait perdu sur le terrain, il a pris de la confiance et a montré de belles inspirations offensives, en plus de solides retours défensifs. Averti à la 49e. Remplacé par Michut à la 71e, pendant que Georginio trottinait dans le vide avec son totem d’immunité sous le bras. Le temps pour le titi de punir Thomas pour son coup d’épaule à Kylian, d’un tacle maladroit. C’est rouge ça, mon petit.

Pochettino 4 : Fessée 3-0, d’accord, mais contre une équipe d’Angers qui avait activé l’option ligue 2. Dans le jeu, c’est toujours aussi crade, pénible, poussif. Une équipe sans style, un jeu sans passion. On fêtera le titre quand même.