Hatem Ben Arfa psg

PSG : révélations de France Football sur l’éviction de Ben Arfa

Hatem Ben Arfa n’a plus joué sous le maillot du PSG depuis la rencontre face à Avranches la saison dernière. France Football explique les raisons de l’éviction du joueur dans une enquête à paraitre dans le numéro de demain.

L’histoire entre le PSG et Hatem Ben Arfa n’aura jamais véritablement pu s’écrire ces deux dernières années. Le gaucher francilien a été mis à l’écart du groupe il y a plusieurs mois et n’est jamais revenu. En froid avec la direction et Unai Emery, l’ancien lyonnais n’a que très peu joué et partira logiquement en fin de saison, comme annoncé par le principal intéressé sur Instagram.

France Football publie une longue enquête sur l’éviction d’Hatem Ben Arfa et apporte plusieurs précisions, certains éléments ont filtré. D’après le média, le joueur imitait souvent Unai Emery dans le vestiaire, ce qui faisait rire ses partenaires d’après ce qui est précisé, ce qui n’aurait pas favorisé son retour dans le groupe. Le coach basque aurait eu des échos concernant les rigolades d’Hatem Ben Arfa le concernant.

Ce n’est pas tout puisque l’on apprend, toujours selon les dires de l’hebdomadaire, qu’Hatem Ben Arfa aurait signifié à son entraîneur qu’il ne dépasserait jamais les huitièmes de finale en Ligue des champions et ce « même avec la meilleure équipe au monde ».

France Football poursuit son enquête en affirmant que le vestiaire parisien était derrière le joueur, lequel ferait l’unanimité footballistiquement parlant. Le média affirme même que Daniel Alves, qui surnommerait le joueur « El Fenomeno », aurait demandé à ce que cette situation cesse.

Concernant sa situation personnelle, l’ancien lyonnais est courtisé par plusieurs clubs, dont l’Olympique Lyonnais. PSG Community le révélait il y a quelques jours, Jean-Michel Aulas souhaite toujours le récupérer et continue ainsi les négociations avec le joueur, lequel sera libre au mois de juin.

D’autres éléments sont attendus dans le numéro de France Football, qui paraitra demain.

Comments

comments