C’est un Paris-Brest plutôt amer qui s’annonce ce soir pour la 19e journée de Ligue 1 : le début de l’année n’a pas été fantastique pour le PSG, avec un match nul mercredi face à Saint-Etienne(1-1). Il faut ramener une victoire ce soir au Parc pour démontrer que l’ère Pochettino est celle du changement.




  • Les enjeux : une première victoire à la maison pour Pochettino

Pas facile de gérer blessés, nouveau coach, nouveau staff, et nouvelles attentes. Le PSG a démontré mercredi qu’il n’avait pas été à la hauteur de ce que l’on attendait d’un retour après repos.

Mauricio Pochettino n’est pas en cause car le technicien argentin n’aurait pu faire mieux, avec ses quelques jours de présence à Paris pour entraîner l’équipe. Ce sont plutôt les joueurs qui ont déçus. Pas assez de réussite, peu d’inspiration, des leaders transparents, face à des Verts plutôt solides. Ce soir il s’agit donc de ne pas faillir devant une équipe bretonne qui n’est que 10e au classement.

C’est aussi le premier match au Parc des Princes pour Mauricio Pochettino, presque plus important donc que celui de mercredi.

 

Depuis le début de l’ère quatari, chaque nouvel entraîneur avait gagné son premier match, mais pour l’instant le technicien argentin n’a pas imité ses ex-confrères. Et pour éviter le début d’une crise, il vaudrait mieux qu’il impose ses trois points rapidement. Il lui faudra trouver la bonne tactique pour motiver ses troupes et remporter une première victoire chez les Rouge et Bleu.

Les Parisiens conservent toutes leurs chances de gagner le championnat : ils ne sont que 2e du classement derrière les Lyonnais. Mais la victoire ce soir est impérative pour ne pas les laisser filer en tête avec le titre honorifique de Champions d’automne.

Pour Brest, l’enjeu est évidemment la victoire, afin d’espérer passer devant Montpellier et Lens en fonction de leurs résultats.

 

Un objectif pas si impensable pour les Bretons qui ont très bien commencé l’année avec une victoire contre Nice (2-0), la huitième de la saison pour eux. Une stratégie offensive qui paie et qui en fait une équipe plus qu’agréable à regarder jouer. Pourquoi ne pas viser l’Europe ?

 

  • L’état de forme des deux équipes

On ne prend PAS les mêmes et on recommence : décidément, au PSG, l’infirmerie se vide et se remplit comme un un radeau troué que l’on essaie garder à flots. Et ce ne sont jamais les mêmes qui vont et viennent.

Collectivement, l’équipe n’a pas démontré une jeu solide, ni agréable. Mais individuellement on peut dire que l’équipe commence à être amputé de joueurs assez indispensables pour poser des problèmes à Mauricio Pochettino qui doit, lui, imposer un style de jeu personnel. Sauf que sans les cadres de l’équipe, difficile d’avoir le choix. Six joueurs manquent à l’appel ce soir.

Neymar est toujours indisponible, son compatriote Rafinha, est lui toujours à l’isolement, après avoir été testé positif au Coronavirus. Juan Bernat, comme d’habitude, ne sera pas non plus du voyage ce soir.

La liste continue avec Leo ParedesDanilo PereiraPresnel Kimpembe, qui seront spectateurs ce soir, même si certains on pu remettre un pied sur le terrain à l’entraînement.

D’après le point médical du PSG, Layvin Kurzawa (touché aux ischio-jambiers), et Alessandro Florenzi (blessé à la cheville) sont disponibles pour la rencontre.

Mais surtout l’espoir repose sur Mauro Icardi, l’attaquant argentin s’est entraîné avec le groupe et postule à une place ce soir. Absent depuis le mois de novembre, il est attendu comme le messie, Icardi a inscrit deux buts en cinq apparitions avant de se blesser au genou durant la trêve internationale du mois d’octobre. Et puis plus rien. Il faut espérer qu’il puisse faire son retour ce soir sous l’ère Pochettino.

Privé de neuf joueurs pour son premier match sur le banc du PSG contre Saint-Étienne, le technicien argentin en a trois de plus ce soir, mais il n’est pas gâté pour son arrivée à Paris.

 

L’air du large fait du bien aux Bretons : aucun blessé à déplorer dans l’effectif ! Les hommes d’Olivier Dall’Oglio sont au meilleur de leur forme et ça se voit sur le terrain.

L’équipe est particulièrement offensive et pourrait faire du mal à un PSG plutôt dénué de bons défenseurs en ce moment. Toutefois, les Brestois possèdent un mauvais compteur de défaites à l’extérieur, ils sont classés troisièmes. Ils n’ont réussi à prendre qu’un seul petit point sur leurs 9 dernières rencontres en terrain inconnu. Il s’agissait d’un match nul à Lyon (2-2), le mois dernier.

 

  • Les compositions probables 

Faute de joueurs disponibles, Mauricio Pochettino devrait faire avec ce qu’il a : c’est-à-dire la même chose que mercredi dernier face aux Verts.

Probablement le même 4-3-3 qui avait mis Marco Verratti en lumière, et plus haut en véritable relayeur. Après la conférence de presse, l’entraîneur avait éclairé les journalistes sur ce qu’il comptait mettre en place pour les prochains matches : 

Nous devons aussi travailler sur notre vigilance et nos coups de pieds arrêtés doivent être améliorés. Il y a beaucoup de choses à améliorer par rapport à la façon dont nous voulons jouer et réaliser de grande choses ici à Paris,« 

 

Devant Keylor Navas, on pourrait retrouver Abdou Diallo pourrait être préféré à Thilo Kehrer et Alessandro Florenzi à Colin Dagba en défense, associés à Marquinhos et Bakker. Au milieu, comme mercredi dernier, Ander Herrera serait associé à Gueye avec un Marco Verratti très haut, quitte à ce que le système de jeu se transforme en 4-2-3-1. Marco Verratti serait ainsi beaucoup plus proche de Di Maria et Mbappé, ce qui laisserait Kean seul, en pointe, au vu de ses bonnes performances, et de son but contre Saint-Etienne.

Le Stade Brestois fonctionne très bien en 4-4-2, il serait donc logique que cela soit conservé ce soir. Avec un Larsonneur dans les buts, la défense devrait voir alignés le capitaine Duverne, avec une charnière ChardonnetHerelle en défense centrale, et Baal. Les deux ailiers Faivre et Philippoteaux devraient rester en place accompagnés de Lasne et Belkebla. Pour les deux attaquants, on attend Mounié, et Cardona, même si le joker Charbonnier pourrait être aligné également.

Composition possible de Brest  : Larsonneur – Duverne, Chardonnet, Herelle, Baal – Phillippoteaux (ou Honorat), Lasne, Belkebla, Faivre – Mounié, Cardona

  • Le corps arbitral 

C’est Hakim Ben El Hadj, qui sera l’arbitre de la rencontre. L’homme de 42 ans en est à son 9ème match cette saison. Il a déjà arbitré le PSG par deux fois (une victoire et une défaite), et Brest une fois pour une réussite des Bretons.

Il sera épaulé par Gwenaël Pasqualotti, Mohamed Benkemouche, mais aussi par Azzédine Souifi (4e arbitre). Frank Schneider et Guillaume Debart seront à la VAR.

 

Coup d’envoi à 21 h sur Canal +
Photo: (Le Télégramme/Nicolas Créac’h)