A trois jours du déplacement tant attendu à Barcelone, le Paris Saint-Germain reçoit au Parc des Princes l’OGC Nice, ce samedi (17 heures), dans le cadre de la 25e journée de Ligue 1.




Si la première des deux confrontations européennes contre le FC Barcelone – programmée mardi soir au Camp Nou – sera forcément déjà présente dans les têtes parisiennes, il ne faudra qu’elle vienne altérer l’implication des hommes de Mauricio Pochettino face aux Niçois. Car contrairement aux trois exercices précédents, à la même époque, le Paris Saint-Germain n’est pas installé dans le fauteuil de leader avec un confortable matelas d’avance.

  • Les enjeux de la rencontre

Troisièmes de Ligue 1 avec 51 points au compteur, Marquinhos et ses partenaires possèdent une petite longueur de retard sur Lyon (2e) et trois sur Lille (1er), qui reçoivent respectivement Montpellier et Brest à l’occasion de cette 25e levée. Si bien qu’en cas de victoire aux dépens des Aiglons, les Franciliens prendraient provisoirement la tête du championnat, et mettraient du même coup la pression sur les Gones et les Dogues.

Gagner oui, à tout prix non ? Alors que Mauricio Pochettino est déjà privé de façon certaine de Neymar et Di Maria, tous deux blessés, pour le huitième de finale aller de la C1 contre le Barça, il serait malvenu de voir l’infirmerie se remplir davantage ce week-end. Donc plus que jamais, il sera aussi fondamental de prendre les trois points que de ressortir de ces 90 minutes sans avoir à déplorer d’autres pépins physiques. Le club de la capitale a déjà été vacciné par le passé. Et reçu ses piqûres de rappel…

  • La forme des deux équipes

Depuis « l’accident » de Lorient, le 31 janvier dernier, les résultats sont au rendez-vous pour la troupe de Mauricio Pochettino. Il y a eu une victoire à domicile contre Nîmes (3-0), le Classique remporté à Marseille (0-2), puis trois jours plus tard une qualification en Coupe de France face à Caen (0-1). Néanmoins, le technicien argentin peine toujours à imposer sa patte sur cette équipe manifestement difficile à dompter.

De son côté, l’OGC Nice retrouve quelques couleurs après une première moitié de saison manquée. Sur une série de deux victoires d’affilée, contre Angers (3-0) en L1 et à Nîmes (1-3) en Coupe de France, les joueurs d’Adrian Ursea se rendent dans l’antre de la Porte de Saint-Cloud pour « faire un résultat, pour gagner », a prévenu Gouiri. Et l’espoir que leurs adversaires auront déjà l’esprit et les jambes tournés vers Barcelone.

  • Les formations probables

« Contre Nice, on va mettre la meilleure équipe pour la victoire », a martelé vendredi, en conférence de presse d’avant-match, le coach des Rouge et Bleu qui a également annoncé les retours de Navas, Kurzawa et Herrera. En revanche, outre Neymar et Di Maria, il faudra pour Mauricio Pochettino se passer des services de Verratti, qui poursuit ses soins suite à sa contusion à la hanche, ainsi que Rafinha, ménagé après son alerte musculaire. Sans oublier Bernat (genou), Dagba (cuisse) et Pembélé (Covid).

En termes de blessés, les Niçois n’ont rien à envier aux Parisiens. Le coach azuréen devra composer avec les forfaits de six éléments : Dante, Reine-Adélaïde, Dolberg, Atal, Lotomba et Danilo. La nouvelle charnière centrale Saliba-Todibo devrait être reconduite, alors que Kamara et Pelmard sont attendus sur les côtes. Schneiderlin est lui pressenti pour débuter au milieu avec Lees-Melou et Claude-Maurice. En attaque, Gouiri et Rony Lopes pourraient épauler Maolida.

La compo probable de Nice : Benitez – Pelmard, Todibo, Saliba, Kamara – Claude-Maurice, Schneiderlin, Lees-Melou – Lopes, Maolida, Gouiri.

  • Les arbitres de la rencontre

L’homme au sifflet sera Jérémie Pignard, qui du haut de ses 33 ans a dirigé 23 matches de Ligue 1 dans sa carrière. Il sera assisté par Alexandre Viala et Philippe Jeanne, tandis que Guillaume Paradis officiera comme quatrième arbitre. L’assistance vidéo sera assurée par Amaury Delerue et Stéphane Bré.

Jérémie Pignard arbitra le PSG pour la deuxième fois depuis le début de la saison, après le match nul (2-2) contre Bordeaux, le 28 novembre dernier. A noter également que  l’arbitre central du jour a tendance à sortir facilement les cartons rouges, avec 0,26 exclusions par match, la moyenne en L1 étant de 0,17.

Coup d’envoi à 17 heures sur Canal +.

Crédit photo : LP/ Guillaume Georges